NL - FR - EN - DE - IT

Ouvert du Mardi au Samedi de 10h00 à 17h00. Fermé le Dimanche et jours fériés. Lundi sur rendez-vous.

Mathis EMY 6 'SMN'

vendue

Marque Mathis
Modèle EMY 6 'SMN'
Type berline
Année de construction 1932
KM 30616
Cylindrée 2000
Accélérations manuelle
Conduite conduite à droite

Mathis EMY 6 'SMN' 1932


Les automobiles Mathis sont l'œuvre d'Emile Mathis, et ces voitures, construites à Strasbourg, ont toujours été basées sur le principe qu'une voiture de série se devait de fournir un brio et une qualité dignes de réalisations plus ambitieuses. Au départ, Mathis produisit en série deux types principaux de voiturettes : une 6 HP/S et une 10 HP/BM, qui se distinguèrent aussi bien sur la route que sur les circuits. Décrétant, comme le fera des décennies plus tard Colin Chapman, que le poids, c'est l'ennemi, le châssis était construit avec un minimum de moyens, mais sa rigidité était tout à fait satisfaisante. A un moment, les usines de Strasbourg produisirent plus de voitures que Citroën, soit une centaine de véhicules par jour. A partir de 1923, la gamme se diversifia, allant des petites 6 HP à des six cylindres. En 1927, la gamme se modernisa et Mathis pouvait présenter sept modèles différents, dont les MY et les EMY étaient les plus vendus. Une autre version, la PY, avait pour slogan "la voiture qui a étonné l'Amérique". Et en 1932, une voiture luxueuse vint chapeauter la gamme : c'était une huit cylindres, disponible en 17 ou 20 chevaux, qui utilisait des solutions très modernes pour l'époque : freins hydrauliques, boîte de vitesses à roue libre, rapports supérieurs synchronisés, etc. Mais l'échec attendait la société : l'EMY 6 et EMY 8 ne marchaient pas, et Mathis dut se résoudre à conclure une alliance avec Ford, qui lui fournissait ses moteurs. Après la seconde guerre mondiale, Mathis se limita à la fabrication de véhicules agricoles, et en 1954, l'usine fut vendue à Citroën.
La Mathis qu'Oldtimerfarm est fier de vous présenter fait partie de la prestigieuse lignée des EMY 6. Elle dispose d'un moteur de 1989 cc développant 41 chevaux à 3200 t/m, ce qui lui permet de croiser à 95 km/h. Malgré un poids relativement faible pour l'époque (1050 kilos), sa carrosserie en impose, bien qu'elle ne fasse que 4,15 de long.

En résumé : une magnifique réalisation de l'industrie automobile française, qui fera merveille lors de défilés d'ancêtres, et qui ne vous demandera qu'un faible moment d'adaptation.

Lire la suite