NL - FR - EN - DE - IT

Ouvert du Mardi au Samedi de 10h00 à 17h00. Fermé le Dimanche et jours fériés. Lundi sur rendez-vous.

Triumph TR 4 A '66

vendue

Référence ch.302L
Marque Triumph
Modèle TR 4 A '66
Type cabrio
Année de construction 1966
KM 70871miles
Cylindrée 2138
Accélérations manuelle
Conduite conduite à gauche

Historique. En 1961, la Triumph TR3 devenant vraiment l'exemple du cabriolet tout à fait dépassé par les événements, la société décide de changer de modèle, et confie le projet de carrosserie à Michelotti (1921-1980), auteur entre autres de la Lancia Aprilia, de la Maserati spyder et de la première Alpine. Le crayon magique du maître révèle une voiture aux lignes sublimes, qui respecte l'English touch tout en revoyant en profondeur le style et la ligne générale. L'esprit du roadster à l'anglaise se marie parfaitement aux lignes sensuelles latines : pas un une courbe, pas un trait en trop. Bien que l'aspect extérieur donne à penser que la belle adopte un caractère plus bourgeois que sa devancière (vitres avant descendantes!), un coup d'œil plus acéré démontre indéniablement le contraire : le tableau de bord reste typé années fifties et les dimensions ne changent guère, bien que le profil le laisse supposer. Côté mécanique, on ne peut pas dire que l'auto joue la championne des chronos : elle n'est tout simplement pas faite pour ça. La seule chose qu'on demande lorsque l'on prend place derrière son volant, c'est qu'elle nous emmène sans histoires à destination, juste pour le fun et le simple plaisir de rouler dans une ambiance sportive. Un autre atout lors de sa sortie : un prix très attractif et un coût d'entretien défiant toute concurrence. Lorsqu'on sait qu'actuellement elle est recherchée à prix fort, il faut avouer que ça a été un coup de maître. Fort éloignée de l'élitisme des sportives italiennes et allemandes, elle se situe dans la tradition des belles Anglaises qui, au niveau des tarifs, font la nique aux voitures du continent, à l'instar par exemple des Jaguar qui préposaient des tarifs alléchants par rapport aux Ferrari et autres Maserati. Seule exception : les Aston Martin qui avaient l'excuse d'être fabriquées entièrement à la main. Sortie un an seulement avant la MGB, elle dispose d'arguments différents : un profil plus agressif, et une face avant aux optiques saillantes (qui lui avait d'ailleurs valu à l'époque de sévères critiques de la part de la presse spécialisée qui lui reprochait de perdre quelques kilomètres/heure : la belle affaire pour une voiture de collection! Par rapport à la TR3, un de ses avantages est l'habitabilité accrue pour deux personnes, mais ce n'est pas du luxe… Retenons donc en guise de conclusion que la position de conduite, derrière un volant très typé et des cadrans au look inimitable, donne l'impression d'une vitesse bien supérieure à celle affichée au compteur: n'oublions pas que nous sommes assis presqu'au ras du bitume! Données techniques Carrosserie Longueur (cm) : 396 Largeur (cm): 147 Hauteur (cm) : 121 Empattement (cm) : 223 Poids (kg) : 966 Mécanique Moteur : 4 cylindres en ligne 2138 cc, à l'avant Soupapes : 8 Carburation : 2 carburateurs SU Boîte de vitesses : manuelle, 4 rapports Transmission : aux roues arrière Puissance maximum : 101 chevaux (75 kW) à 4500 t/m Couple maximum : 172 Nm à 3350 t/m Vitesse maxi : 165 km/h

Lire la suite