NL - FR - EN - DE - IT

Ouvert du Mardi au Samedi de 10h00 à 17h00. Fermé le Dimanche et jours fériés. Lundi sur rendez-vous.

Clement Bayard ch. 6788

vendue

Marque Clement Bayard
Modèle ch. 6788
Type cabrio
Année de construction 1913
KM -
Cylindrée -
Accélérations manuelle
Conduite conduite à gauche

(d'après Wikipedia, l'encyclopédie libre)  Gustave Adolphe Clément-Bayard né le 22 septembre 1855 à Pierrefonds1, Oise, mort à Paris le 10 mai 19281, est un industriel français et constructeur automobile de 1903 à 1922.
D'origine modeste, mais travailleur, perspicace et innovateur, il profite de l'émergence de l'industrie du cycle puis de l'automobile pour devenir l'un des plus grands industriels français du début du XXe siècle. Et ceci par ses talents d'entrepreneur, ses qualités de gestionnaire et ses paris industriels.
Simple ouvrier serrurier, il gravit progressivement les échelons.
En 1878, il s'installe fabricant de vélocipèdes à Paris, au n°20 de la rue Brunel. Il occupe alors cinq ouvriers.
En 1890, il devient le premier fabricant de cycles français (devant Peugeot), et accessoirement, le représentant exclusif des pneus Dunlop pour cycles et automobiles en France, un pari industriel et commercial qui lui rapportera une fortune. Son atelier occupe alors tout le n°20 rue Brunel, une partie du n°18 et une partie de la maison située au n°27 de la rue Saint-Ferdinand, et il fait travailler quatre cents ouvriers.
En 1891, il acquiert la licence de fabrication du pneu Dunlop et le fabrique dans un nouvel atelier quai Michelet à Levallois ainsi qu'au n°11 rue Brunel.
Il achète à Tulle les bâtiments de l'ancienne manufacture d'armes et en fait une succursale de ses ateliers en Île-de-France.
Il fait construire le vélodrome de la Seine à Levallois.
Il est nommé chevalier de la Légion d'honneur en 1894. La même année, il embauche un coureur cycliste, Henri Desgrange, comme directeur sportif, les courses constituant une vitrine pour l'entreprise. Ce directeur sportif marquera l'histoire du sport en créant une décennie plus tard le Tour de France.
Il s'associe en 1896 avec Gladiator, fondé par Alexandre Darracq, et sort son premier véhicule sous le nom de Clément-Gladiator. Il crée à Mézières en 1895-1896 une fabrique de pièces détachées pour cycles et automobiles, dénommée "La Macérienne", puis une autre usine sur le même terrain et une fonderie.
À partir de 1901, Adolphe Clément prend son essor au sein de la jeune industrie automobile en bâtissant une superbe usine à Levallois-Perret où il construit des voitures légères, économiques et endurantes, au moteur deux et quatre cylindres, placé à l'avant. Cette usine modèle de 30 000 mètres carrés est un projet préparé sur plusieurs années et alimenté par ses voyages aux États-Unis.
En 1903, Adolphe Clément se retire de la compagnie Gladiator et perd les droits d'utiliser le nom de Clément pour ses voitures et adopte celui de Bayard, choisi parce que la statue du chevalier Bayard — qui a sauvé la ville de Mézières en 1521 — était située en face de son usine de métallurgie (qui approvisionnait l'usine mère de Levallois-Perret). La reproduction de cette statue du chevalier Bayard devint l’emblème de la société. Mais aussi pour faire pendant aux Clément-Talbot anglaises (le premier comte Talbot étant également un chevalier de la même époque que le chevalier Bayard. Il fut tué à la bataille de Castillon, mettant fin à la guerre de Cent ans) fabriquées depuis 1903 en Angleterre de par son association avec le richissime comte de Shrewsbury and Talbot pour construire sous licence Outre-Manche les Clément françaises.
En 1904, il est nommé officier de la Légion d'honneur.
En 1909, il demande et obtient du Conseil d'État l'autorisation d'ajouter, pour lui et sa descendance, le nom de Bayard à celui de Clément, tant pour son nom de famille (pour lui et sa descendance) que pour sa marque qui devinrent ainsi officiellement Clément-Bayard.

Lire la suite