NL - FR - EN - DE - IT

Oldtimerfarm sera fermé pour les fêtes de Noel et fin d’année du mardi 25 décembre au mardi 1 janvier 2019.
Nous sommes de nouveau ouvert et à votre disposition à partir du mercredi 2 janvier 2019.
Ouvert du Mardi au Samedi de 10h00 à 17h00. Fermé le Dimanche et jours fériés. Lundi sur rendez-vous.

Talbot Suresnes T120 '36


Référence ch.2302
Marque Talbot
Modèle Suresnes T120 '36
Type berline
Année de construction 1936
KM 22000
Cylindrée 2996
Accélérations manuelle
Conduite conduite à droite

Historique.  En 1903, le comte de Shrewsbury & Talbot s'associe au constructeur automobile français Clément, pour devenir importateur officiel en Angleterre des véhicules de ce dernier. Il crée alors la Clément-Talbot Ltd, qui, à partir de 1906, produit en Grande-Bretagne des modèles différents des français.

En 1919, la firme anglaise Clément-Talbot fusionne avec le constructeur français Darracq, basé à Suresnes, pour former le groupe Talbot-Darracq Ltd. Talbot-Darracq Ltd s'associe ensuite avec la firme britannique Sunbeam en 1920, pour former le groupe Sunbeam-Talbot-Darracq (STD) qui existera à la fois en France et en Grande-Bretagne. Ainsi, les Darracq françaises sont rapidement produites sous le nom Talbot-Darracq puis Talbot. C'est donc à partir de cette période que se crée la branche française de Talbot, dont l'origine est britannique. Elle choisit de se spécialiser dans les voitures de luxe, à moteur 6 cylindres. Pour éviter la confusion avec les Talbot anglaises, les modèles français de cette marque sont produits sous ce nom dans l'Hexagone mais sont distribués sous le nom Darracq en Angleterre. A la fin des années 20, Talbot établit sa réputation sur des modèles de luxe tels que les Pacific, Atlantic et Fulgur. Ils n'ont alors rien à envier à leurs concurrents directs que sont les Delage, Delahaye ou encore Bugatti. Cependant, le groupe STD souhaite se séparer de sa branche Talbot-Darracq qui est en difficulté depuis la crise économique de 1929. C'est alors que l'ingénieur italien Anthony Lago décide en 1934 de racheter la branche française Talbot. Dès lors, la marque se sépare complètement de tous liens avec les Talbot anglaises. Quelques mois plus tard, STD avec Talbot England, est rachetée par le groupe britannique Rootes qui possède déjà les marques Hillman et Humber.


Les voitures françaises construites à Suresnes deviennent suite au rachat par Anthony Lago, des Talbot-Lago. Les Minor, Major et Master sont alors lancées pour annoncer un nouvel élan de la marque. Mais Talbot développe également des voitures de course pour les compétitions. C'est notamment le cas de la SS de 1938, équipées d'un 4 litres de 140ch, capable d'atteindre les 200 km/h. Ce genre de modèles, a dès lors contribué à donner à la firme de Suresnes une image de marque très dynamique et sportive.
En 1946 naît la Talbot-Lago Record, une 6 cylindres de 4,5 litres développant 170ch et qui permet d'atteindre la vitesse de pointe de 170 km/h. Proposée en plusieurs carrosseries, cabriolet, coach et berline, elle est une des voitures de série la plus puissante et la plus chère de l’époque. Trois ans plus tard, est présentée la Talbot-Lago Baby, version en réduction de la Record, munie d’un 4 cylindres de 2,5 litres de 100ch.
En 1950, Talbot remporte, avec sa T 26 GS, développant 200 ch à 4800 tr/min, la victoire aux 24 Heures du Mans. Un an plus tard, les Talbot-Lago Record et Baby sont entièrement redessinées. Mais les ventes restent faibles et la firme connaît des difficultés. En 1953, apparaît le coupé Grand Sport 4,5 litres 6 cylindres qui développe 200 ch pour une vitesse de 200 km/h. C'est alors le modèle le plus rapide de l'époque. Il devient le modèle unique de la marque dès 1954, après la disparition des Record et Baby. Là aussi, les ventes restent très confidentielles à cause d'un prix de vente prohibitif. Anthony Lago lance alors en 1955 un coupé 2,5 litres 4 cylindres de 120ch,réplique en réduction du coupé 4,5 litres qui vient d'être arrêté. En 1957, Talbot, qui connaît de plus en plus de difficultés, renonce à la production de ses moteurs et achète à BMW un 8 cylindres en V pour son coupé, appelé désormais Talbot-Lago America.
Le constructeur français Simca rachète alors l’entreprise au bord du gouffre en 1958. Le coupé Talbot, équipé du moteur V8 de 95 ch de la Simca Chambord, ne pouvant soutenir la comparaison avec ses devancières, provoque la mise en sommeil de la marque en 1960. Quelques années plus tard, il fut pourtant question de la renaissance d'un modèle Talbot, équipé d'un moteur Simca-Chrysler. Aucune suite ne fut finalement donnée.


Caractéristiques.
Carrosserie. Longueur/largeur/empattement (cm) : 460/178/295; poids : 1500 kg.
Motorisation. 6 cylindres en ligne 2996 cc, 12 soupapes, boîte manuelle à quatre rapports, transmission aux roues arrière. Puissance maxi : 66 chevaux à 4200 t/m.
Vitesse maxi : 130 km/h.

 

Lire la suite